Histoire de la station balnéaire de Villers

La station balnéaire de Villers date de la vogue des bains de mer qui déferla en France au Second Empire (1852-1870), consécutive à un mieux-être économique résultant des grands progrès industriels de cette époque.

C’est le début d’une soif d’évasion de la société française, salariés ou riches, vers des plaisirs nouveaux et plus lointains permis par le progrès technique et le développement des transports ferroviaires.

Villers-sur-mer a d’ailleurs fêté en 2006 son 150ème anniversaire (1856/2006).

(Voir Lettre de Villers n°95)

Il faut rappeler qu’auparavant la mer n’attirait guère, hormis pour les ports dédiés à la pêche ou à la navigation militaire ou marchande.
Même les communes du littoral essentiellement agricoles lui tournaient le dos et cherchaient à assécher leurs marais pour les rendre cultivables.

Quelques ports naturels ayant développé depuis des siècles une réelle économie locale furent les premiers à devenir dans cette 2ème moitié du 19ème siècle de grandes stations balnéaires. A titre d’exemple citons Nice (24 117 habitants en 1793344 000 en 2014), Saint-Malo (10 730 habitants en 1793, 45 980 en 2014), Trouville sur la Côte Fleurie à une échelle plus modeste (973 habitants en 1793, 4708 en 2014) …

Mais l’engouement fut tel que ces ports ne suffirent pas à satisfaire seuls la demande de bains de mer. De nombreux hommes d’affaire, promoteurs, entrepreneurs, banquiers créèrent de toutes pièces, à une distance raisonnable des grandes villes, sur la base de simples hameaux côtiers disposant de belles plages, des stations balnéaires comme par exemple :
– sur la Côte d’Opale Le Touquet-Paris-Plage,
– sur la Côte d’Albâtre Le Tréport,
– sur la Côte Fleurie Cabourg (165 habitants en 1793, 3673 en 2014),  Villers-sur-Mer (186 habitants en 1793, 2739 en 2014), Deauville (96 habitants en 1793, 3725 en 2014) qui doit sa réussite exceptionnelle au Duc de Morny beau-frère de Napoléon III qui y amena en 1863 le chemin de fer depuis la Gare St-Lazare, et y lança de très importants investissements tels les 2 hippodromes, le grand Casino…
– sur la Côte d’Argent dans le sud-ouest Arcachon sur le bassin du même nom près de Bordeaux (736 habitants en 1793, 10 370 en 2014), où les banquiers Péreire créent de toute pièce une station balnéaire pour personnes souffrant d’affections pulmonaires

La Gare de Villers … Souvenirs !

Villers est donc une de ces pures créations balnéaires, dont deux hommes furent à l’origine les promoteurs : l’architecte parisien Félix PIGEORY qui acheta et lotit la partie de la falaise proche de l’église, y aménageant sa  villa «Les Bosquets», et Pierre PITRE-CHEVALIER, directeur du Figaro, qui construisit sa villa «Durenne» (Actuel Office du Tourisme).

Il n’y avait jamais eu auparavant à Villers de population locale importante, ni après les invasions vikings en Normandie au 9ème siècle, ni plus tard au Moyen-Age. Villers/Mer n’avait toujours été qu’un hameau de peu d’habitants et de peu de ressources locales, vivant entre marécages et falaise, d’agriculture et d’un peu de pêche.

Villers est devenue une commune de dimension respectable (2800 habitants) se développant autour d’une mono-activité d’acteur de loisirs balnéaires et touristiques. Mais sa croissance démographique reste tributaire du tourisme en l’absence d’activités économiques nouvelles.

Sa population composite, typique d’une station balnéaire, voit de nombreux résidents secondaires retraités venir s’ajouter aux retraités de la population locale, posant la question de l’avenir de ses jeunes et de son propre avenir.

admin@villers-mer-avenir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *