Un pôle médical pour remédier à un désert de soins médicaux ?

En matière médicale ne confondons pas tout !

Dans le compte-rendu de la cérémonie des vœux 2017 du Maire de Villers publié dans le « Pays d’Auge daté du 11/01/2017 », on peut lire que le Maire souhaite faire face à la désertification médicale d’ici trois ans (2020) avec la création d’un pôle de santé médical et paramédical, d’une maison de retraite, et d’une résidence avec services.

Ne confondons pas tout et reprenons les choses une par une  :

–  Villers a une sorte de « résidence-service » à minima, créée il y a 30 ans, la « Vé Maine », un foyer-logement public modeste et vétuste, formule intermédiaire entre un domicile et un EHPAD, un hébergement collectif non médicalisé pour personnes âgées autonomes demandant essentiellement un cadre sécurisant et quelques aides occasionnelles.

–  Villers n’a pas de maison de retraite, et il faudrait qu’elle en ait une.

Il est donc nécessaire que la Commune engage une réflexion d’ensemble pour ses habitants âgés : maison de retraite et nouvelle résidence-services.

De quel pôle médical et paramédical le Maire veut-t-il parler ?

Avant de discuter de ce projet médical, je ferai au Maire, en préambule, le reproche d’annoncer de très grands plans communaux (maison de retraite, résidence-services, pôle médical), sans même prendre soin de les expliciter à ses concitoyens, qui devraient pourtant être ses interlocuteurs privilégiés. Et sans parler de leurs incidences sur les autres plans communaux prévus !

Alors de quoi le Maire de Villers veut-t-il parler évoquant un « pôle médical et paramédical » censé remédier au soi-disant désert médical de Villers ?

1°) Villers qui 
a déjà sa maison de santé, est tout sauf un désert médical

Mr le Maire, médecin, se permet d’énoncer une contre-vérité en parlant de désert médical à propos de Villers/Mer.

Le gouvernement vient certes d’annoncer vouloir créer 1000 maisons de santé pour des communes en situation de désert médical, c.a.d. ayant un fort déficit de praticiens, du fait d’isolement, de raisons conjoncturelles …

Par « maison de santé »  il faut simplement entendre un lieu de regroupement de professionnels de santé assurant des activités de soin sans hébergement et participant à des actions de prévention et d’éducation pour la santé ainsi qu’à des actions sociales ».

Villers  a depuis longtemps, avec son « cabinet médical », une très grande maison de santé- comptant aujourd’hui 5 généralistes, un cabinet de 3 dentistes, une ophtalmologue, deux kinésithérapeutes, 4 infirmières… -, que le Maire actuel a d’ailleurs contribué à fonder et étoffer.

Pour une commune de 2 800 âmes, elle se situe même bien au-dessus de la moyenne nationale.

2°) Villers a-t-elle la dimension pour avoir un grand « Pôle Médical » ?

De quel « pôle médical » le Maire veut-t-il parler ? Personne ne le sait !

Mais, s’il s’agit de créer un grand centre médical  à Villers (façon Deauville) avec un maximum de spécialités médicales (ophtalmo, rhumato, dermato, gynéco, orl, pédiatre, urologue, oncologue, gastro-entérologue, psychiatre, psychologue, … laboratoire d’analyses, centre de radiologie …),  pour plaire à des villersois « locaux », je me permettrai de dire à Mr le Maire que  s’agissant d’une commune de 2 800 habitants, son projet est une aberration qui s’inscrit de plus à l’opposé de la réalité médicale actuelle en France confrontée à une pénurie de praticiens spécialistes, à une demande toujours plus élevée de soins, à une explosion des coûts qu’il faut réduire, nécessitant un regroupement dans quelques rares pôles médicaux choisis.

Villers peut-t-il  prétendre devenir un de ces pôles ? J’en doute fort, Villers se lançant en retard à côté de riches stations bien plus avancées sur ce plan.

D’autre part, même si Villers-sur-mer est une commune riche grâce aux  nombreux résidents secondaires qui y paient leurs impôts locaux, ceux-ci n’y viennent pas pour des soins, ayant tout ce qu’il leur faut ailleurs ! Ils y viennent pour des vacances, balnéaires, culturelles, sportives… touristiques.

Il n’appartient donc pas au maire actuel de privilégier outrageusement, à destination de résidents « locaux », des domaines d’investissement ne contribuant pas directement au développement de sa station balnéaire.

La richesse économique et la survie d’une station touristique moyenne comme Villers dépendent d’abord de ses investissements dans son secteur .

Bien davantage, à coup sûr, que de la création d’un pôle médical !

Grille « Villers et Mer »

  A B C D E F G H I J
1  
2  
3
4  ♥
5
6
7
8
9
10  

 

HORIZONTAL VERTICAL
1.      Spectacles de plage à Villers. A.     Propriété villersoise d’un grand banquier du Second Empire.
2.      Peut se dire d’une ligne de pêche.
Début d’attention.
B.     Après d’Ornano à l’Assemblée.
Forme de pouvoir.
3.      Crêpe fourrée ailleurs.
Conduite de cheval.
C.      Une embarcation à voile l’est généralement.
Un géant d’Europe en or.
4.      Capitale de la Suisse Normande.
Désinence verbale.
D.     Interpellèrent phonétiquement.
Pas souhaitée en ménage.
5.      Mal exprimé.
Cordage pour navire.
E.      Un début d’écart.
Navire peu vu à Villers.
6.      Va de ville en ville.
Spécialités anglaises avec le thé.
F.      Diminutif de prénom.
Terre gagnée sur la mer.
7.      Avec pas, ça fait très peu ! G.     Villa villersoise d’un grand violoniste du 19ème siècle.
Grecque.
8.      Essences prisées. H.     Retour parfois violent.
9.      Peut servir de parasol.
Une mer très tranquille.
I.       Utiles au pêcheur à pied en mer
Petit de Nantes.
10.   Collines du littoral villersois.
Fond d’un parc à huîtres côté mer.
J.       Aune pour le bois ?
Il y a un producteur de cette douceur Chemin de St-Vaast.

Grille « lieux et rues »

A B C D E F G H I J
1    ♥
2  
3  ♥
4  ♥  ♥  ♥
5
6  ♥
7  ♥  ♥
8  ♥  ♥
9  ♥
10  ♥

 

HORIZONTAL VERTICAL
1.      Grand parc de Villers. A.     Souvent chauds à Villers.
2.      Commune limitrophe de Villers. B.     Son bec est resté célèbre.
Ver solitaire.
3.      Ancienne Comtesse villersoise.
Il vous amène jusqu’à Villers.
C.      Ligue sportive américaine.
Très dense.
4.      Appelèrent (phonétiquement).
Unité de mesure barométrique.
Initiales Fisc.
D.     Volent souvent sur la plage.
Après Henri.
5.      Aristo disparu. E.      Dans nos gênes.
Unités foncières rares à Villers.
6.      Evitait tout chômage.
Nombreux au centre de Villers.
F.      Si possible sans lapin !
Sans lapin !
7.      Les marées ont les leurs.
Désinence verbale.
G.     Serais à la page.
Supprima.
8.      Organisme spécialiste d’essences.
Elément de partie.
Métal léger.
H.     Soulève le stade.
Patronne du jour.
En long.
9.      Vous relie au monde entier à Villers.
Aucune.
I.       Sa loi prévaut à Villers.
10.   Spécialité des SNSM. J.       Ils ont leur avenue à Villers.
Collé dos au mur.

Grille « villersoise »

  A B C D E F G H I J
1  
2    ♥
3  ♥
4  ♥
5  ♥  ♥
6  ♥  ♥
7  ♥  ♥  ♥
8  ♥  ♥  ♥
9  ♥  ♥
10  ♥

 

HORIZONTAL VERTICAL
1.      Espace villersois dédié aux temps anciens. A.     Planeurs de vol libre.
2.      Usurpation.
Appât pour poissons.
B.     Gouffre très profond.
Cubitus.
3.      Le propre de l’homme.
La miche pouvait l’être autrefois.
C.      Bois de Villers, il y a bien longtemps.
4.      Point de repère pour naviguer.
Marais ancien mythique.
D.     Extrait de la fève de Calabar.
Non communiqué.
5.      Voile à privilégier par grand vent.
Affirmation précoce.
E.      Utile au tracé.
6.      Renifle à contre-courant.
A été choisi.
F.      Scènes de plage.
7.      Gros nuage. G.     On préfère l’éviter.
Possessif.
8.      Sont dans la télé.
Message de désespoir.
Pige.
H.     Racine pas très carrée.
Sorti d’enceinte.
9.      Indique la date.
Arbre tropical ayant donné son nom à une teinte.
I.       Cantatrice, « diva » en son temps, qui avait sa maison à Villers.
Vaut de l’argent.
10.   A sa rue à Villers, un peu comme Boudin à Honfleur ! J.       Que du blanc pour Arthur.
Lichen poussant sur de vieux arbres.

 

Grille « littorale »

 

  A B C D E F G H I J
1  ♥
2    ♥
3  ♥
4  ♥  ♥
5  ♥
6  ♥
7  ♥  ♥  ♥
8  ♥  ♥
9  ♥  ♥
10

 

HORIZONTAL VERTICAL
1.      Souvent grises à l’apéro, à Villers! A.     Anguille sous roche.
Pièce de charrue.
2.      Difficile de le rester à Villers.
Vous relie au reste du monde.
B.     Ouverture bretonne.
Pratiquer une ouverture arrière.
3.      Sel de mer symbolique.
A éviter en mer.
C.      Qualifie bien la falaise de Villers.
4.      Brune de mer.
Conjonction.
D.     Latinisme villersois.
Interdit sur les plages villersoises.
5.      Caractère de l’arrière-pays villersois. E.      Début d’effet.
Sol littéraire.
6.      Au commencement du cidre. F.      Introduit la suite.
Passe partout à la campagne.
7.      Etre grand ouvert à l’envers.
Adresse universelle
G.      Très brefs messages.
Mal exprimé, mais assez mal !
8.      Eugène des bas-fonds
Dame de la côte
Métal léger
H.     Colère ancienne désordonnée
Coule de source
Saint pyrénéen
9.      Tout blanc pour Arthur
Un Bernard qui n’est pas un saint
I.       Ancien socialisme
Tombe souvent à Villers
10.   Les cabourgeais se piquent de l’être J.       Imaginaires

 

Gustave CAILLEBOTTE peintre à Villers/Mer

Gustave CAILLEBOTTE peintre majeur de l’Impressionnisme
Régatier en baie de Seine
Horticulteur, correspondant de MONET

Peintre et mécène impressionniste (1848-1894)

Gustave Caillebotte, décédé à 46 ans , qui a laissé à la postérité quelque 500 toiles, dont beaucoup de chefs d’oeuvre, est une des figures majeures du Mouvement Impressionniste :

  • Il fut, à l’égal de ses camarades, un très grand peintre du Mouvement Impressionniste. Ancien élève des Beaux-Arts de Paris, élève de Léon Bonnat, il rencontra dès 1874 Edgar Degas, Claude Monet, et Pierre Auguste Renoir.
  • Né en 1848 d’une famille très aisée ayant bâti sa fortune dans les textiles, la consolidant ensuite dans les biens immobiliers lors du développement du Paris du Baron Haussmann, il aida ses congénères à organiser dès 1874 la 1ère exposition des Impressionnistes à Paris, puis la plupart des suivantes. Novateur, un de ses principaux chefs-d’œuvre (« Les Raboteurs de Parquet » 1875, Musée d’Orsay) fut refusé au Salon.

Rue de Paris par temps de pluie (1875)

Art Institute of Chicago

  • Il fut aussi un collectionneur (et mécène) du mouvement impressionniste achetant de nombreuses œuvres à ses amis impressionnistes afin de les aider (dont le « Bal du Moulin de la Galette » de Renoir). Ayant légué par testament avant sa mort soixante-sept tableaux impressionnistes de sa collection personnelle à l’Etat, ce dernier n’en accepta finalement que trente-huit, au terme de deux ans de violentes polémiques entre Renoir, exécuteur testamentaire de Caillebotte, et l’Académie des Beaux-Arts protestant contre l’entrée de ces tableaux, représentations d’un art dégénéré, au Musée du Luxembourg -qualifiant l’événement d’offense à la dignité de son Ecole-! A signaler qu’aucun Cézanne de sa collection ne fut accepté par l’Etat !
    Les tableaux refusés, achetés par des collectionneurs américains, reviennent à l’occasion lors d’expositions à Paris (Collection Barnes…).

L’ingénieur passionné de compétitions navales, peignant à Villers

Egalement ingénieur, Caillebotte fut un régatier qui se passionna pour la vitesse et chercha à perfectionner ses bateaux. Architecte naval, il les dessine et les construit lui-même dans un atelier situé à la SNECMA. Il y créera de véritables pur-sangs des mers aux multiples innovations (voile en soie, lest extérieur, coques aérodynamiques…) avec lesquels il remporte de nombreux titres mondiaux.

C’est à ce titre qu’il vint souvent régater en baie de Seine, laissant dans son sillage quelques somptueuses vues de Trouville et de Villers.

 Villa à Villers 1880
Ndlr : Villa « Les Ammonites »

 

 

Villas à Villers 1880
Ndlr : Villas « Ste-Julie » , « Le Rocher »

 

 

 

 Les Vaches Noires 1880

 

Régates à Villers 1880

 

 

L’horticulteur, correspondant de Monet en horticulture

En 1881, il achète une maison avec jardin au Petit-Gennevilliers où il réalisera nombre de ses oeuvres peintes.

Horticulteur émérite il crée dans ses serres des orchidées, et correspond avec Monet lorsque celui-ci crée son jardin à Giverny .

 

Avant-propos électoral

A tous les électeurs de Villers,

Ce site a pour but de mobiliser les électeurs de Villers-sur-mer afin qu’ils se réapproprient en 2020 l’élection municipale qui tous les 6 ans désigne  leurs représentants au Conseil Municipal.

Du fait qu’il n’y ait à Villers depuis des décennies qu’une seule liste candidate aux Municipales, qui ne fait à chaque fois que remanier à la marge la liste sortante, l’élection est devenue une formalité où tout est joué d’avance avant le votesans  même besoin de débats ni de programmes !

Villers y a perdu ce qui fait le mérite de la démocratie : la consultation de ses électeurs (2240 inscrits à Villers !), pour que ceux-ci choisissent entre des projets/programmes proposés par plusieurs listes concurrentes.

Comment expliquer la singularité de cette candidature unique sans jamais d’alternative démocratique à Villers ? Différentes hypothèses entendues ici ou là ne peuvent justifier la résignation de 2240 électeurs.

– Villers est devenue une vraie ville, et c’est aux seuls vrais villersois de la gérer ? Certes Villers est devenue une ville de 2800 habitants. Mais il faudrait définir qui sont les vrais villersois et qui sont les autres, pourtant électeurs aussi ? Et quels poids ils pèsent respectivement ?

– Il n’y pas de choix majeurs à faire à Villers, une station balnéaire qui fonctionne bien, tant elle a de qualités intrinsèques ?
C’est faux. Il y a des choix très importants  engageant l’avenir de la station qui impacteront tous ses résidents locaux et secondaires.


– Il y a une excellente municipalité compétente en place, et qui fait pour le mieux ? Il serait étonnant que vous soyez toujours d’accord avec tout ce qu’elle fait … ou tout ce qu’elle ne fait pas. Ne diriez-vous pas plutôt que vous la laissez gérer seule Villers, d’autant qu’elle ne vous demande pas de participer à sa gestion ?

Sans raison majeure pour un tel « vide de démocratie », il appartient aux électeurs de Villers de prendre leurs responsabilités pour 2020 :

– soit se satisfaire de ce mode d’élection sans liste(s) d’opposition, qui élira une fois de plus -et sans eux- un « nouveau ! » Conseil Municipal , sans que celui-ci ait à présenter un projet, ni à affronter d’opposition,

– soit s’impliquer eux-mêmes dans de nouvelles listes exprimant la diversité d’idées et d’intérêts d’une population riche de 2800 âmes, avec pour bénéfice un débat électoral, et une opportunité d’avoir des « conseillers municipaux d’opposition ».

Nous pensons que l’élection de 2020 doit mettre fin au monologue
actuel de la liste municipale reconduite par défaut depuis 30 ans. Celle-ci n’est plus à l’écoute des habitants et gère Villers en solo faute d’opposition  et grâce à des élus captifs n’ayant pas leur mot à dire.

Villers vivant depuis des années une période difficile avec moins de ressources, et depuis 2017 une réforme territoriale à mettre en place, l’élection devra être l’occasion d’entendre la municipalité sur sa gestion.

Tel sera le 1er objectif de notre liste « Villers Avenir » : que la municipalité actuelle rende clairement compte devant les électeurs de la gestion de son mandat passé de 6 années. Le 2ème étant évidemment la confrontation entre programmes pour la mandature suivante 2020-2026.

Il est temps d’entendre les voix des forces vives de Villers.

Pour l’avenir de Villers/Mer, de tout coeur avec vous,

Marc GERONDEAU
Président (2014/2016) du Tennis Club de Villers

 

Diagnostic 2017 et projets 2020

Villers-sur-mer, diagnostic fin 2017

Une nouvelle Municipalité élue en 2014 par défaut 

– En 2014 Mr VAUCLIN s’est retiré après 19 années comme Maire pendant lesquelles il a transformé Villers et tiré la station balnéaire de Villers vers le haut. Son bilan compte de nombreuses innovations et réalisations spectaculaires, comme le Marais, le Villare, le Paléospace, la stabilisation de la plage, l’image du dinosaure pour Villers, les animations, l’aménagement de la ville… A tel point que Villers est aujourd’hui très respectée par ses voisines de la Communauté de Communes à laquelle elle appartient, la Communauté de Communes Cœur Côte Fleurie (CCCCF).

– Une liste municipale constituée essentiellement des adjoints de G. VAUCLIN conduite par Mr J.P. DURAND, le nouveau Maire, a alors pris le relais. Elle a été élue avec 50,4% des inscrits contre 63,5% en 2008 pour le maire précédent.
Quel programme avait-t-elle ? Quelles sont ses réalisations à ce jour ?

2014-2020, un mandat municipal pour rien ?

– Force est de dire que de programme cette liste n’en avait pas, si ce n’est (cf. Interview Ouest France fin 2013 de Mr DURAND« le bien-être des villersois » (beauté, propreté, entretien de la ville…), davantage de logements sociaux pour garder les jeunes, la poursuite des animations.

Autant dire qu’il s’agit pour une mandature municipale de 6 ans d’une ville de 2800 habitants, d’un programme vague et à minima dont il est bien difficile de juger des résultats, tous de nature « qualitative », même pour les logements sociaux, qui ne semblent pas avoir progressé à ce jour.

– Confrontée aux mêmes difficultés financières que toutes les communes françaises, la municipalité a fait le choix, plutôt que de réorganiser l’administration municipale, et de chercher à accroître les recettes du budget municipal, de reculer nombre d’échéances lui incombant : restauration de l’église, travaux d’enfouissement des réseaux, rénovation de la digue ouest, entretien de la commune …).
Tout ce qui était prévu se fait avec retard.

Enfin, elle a aussi choisi de transférer à Deauville dans le cadre de la loi NOTRe, l’essentiel de ses propres prérogatives (Office du Tourisme, Sports, Services Municipaux …).

Cette situation de démission et de repli sur soi ne doit plus continuer

Avant de se faire élire, une liste municipale a normalement le devoir de faire état d’une vision d’avenir pour sa commune, garante de ses décisions à venir. Mais la liste actuelle de Villers n’a fait état en 2014 d’aucune vision pour Villers, sinon ce « bien-être au quotidien ».

Le diagnostic de son action est aujourd’hui défavorable : Villers/Mer n’a relevé aucun défi, ni celui des difficultés financières, ni celui de l’indépendance, se faisant absorber par Deauville, ni même celui de ce « bien-être villersois » pour lequel elle s’était engagée. Aujourd’hui Villers est dirigée par une municipalité qui gère la commune sans aucune pré-vision ! Elle se contente d’accompagner au coup par coup telle ou telle initiative dans sa ville sans choisir ses grandes orientations.

Aux nombreux habitants de Villers qui restent encore dans l’idée, héritée d’un passé récent, d’une municipalité visionnaire tirant la commune vers le haut, nous disons clairement que ce n’est plus le cas !

Une vision réfléchie et des projets pour 2020

Une autre vision pour Villers-sur-mer

Une grande et prestigieuse station balnéaire comme Villers (2800 habitants), née en même temps et à l’égal de ses proches voisines très connues (Trouville, Cabourg, Deauville …), doit faire à chaque élection un choix sans équivoque entre relever les défis imposés par des stations balnéaires concurrentes de niveau national, ou à défaut annoncer d’autres choix.

La Municipalité, sans même solliciter l’avis des villersois, a profité de la loi NOTRe qui ne l’imposait pas, pour se ranger, contrairement à Trouville, sous la bannière de Deauville.
Cela lui a permis de ne pas même avoir à concevoir une possible façon de rester indépendante de stations balnéaires leaders, alors qu’elle en a les capacités avec son grand patrimoine.

Ce faisant la Municipalité a signé avec Deauville un accord inégal ! Et une fois le temps des noces passé, les villersois vont rapidement se rendre compte que ce ne sont plus eux qui décident de ce qui se passe à Villers !

Aux natifs/amoureux de Villers, qui pensent que sa station balnéaire a sa propre histoire et sa propre identité, nous demandons de réagir pour que Villers se montre digne de son passé !

Une élection 2020 pour un véritable référendum sur l’avenir de Villers !

Il faut que les 2 800 habitants de Villers soient conscients que la commune de Villers n’existe et ne vit que par et grâce à sa station balnéaire. Avant cette station balnéaire il n’y avait presque rien à Villers, si elle périclitait il n’y aurait à nouveau plus rien.

Chaque électeur de Villers, même s’il n’est pas directement ou particulièrement concerné par la station balnéaire (devenue aussi station touristique), doit être conscient que lui-même comme la Commune de Villers dépendent essentiellement, à défaut de nouvelles activités économiques importantes, de la station balnéaire de Villers, et donc de tout ce qui la concerne (plage, équipements sportifs, activités de loisirs ou culturelles, animations de masse ou spécifique, événements, résidences secondaires, activités commerçantes …).

Une municipalité qui n’affiche pour programme que le « bien-être » de ses habitants (quelle municipalité ne le souhaiterait-t-elle pas ?) élude l’essentiel qui est qu’elle doit avant tout, comme ses voisines, retrousser ses manches pour développer les activités de sa station balnéaire, sa seule richesse économique, ce qui est beaucoup plus difficile !

La Municipalité a préféré jeter l’éponge et souhaite câliner et bientôt soigner ses habitants ! En commençant par les endormir !

Mais ça ne marche pas comme ça, et nous pensons qu’il faut reprendre les choses dans le bon ordre à Villers : une vision d’ensemble, des projets à la hauteur du très grand potentiel de la station historique de Villers, de la croissance pour sa station balnéaire avec des réalisations et des réussites, qui profiteront au budget municipal, et à tous les habitants de Villers.

Marc GERONDEAU
« Penser Villers Plus Loin »
Blog : villers-mer-avenir.com

Engagement pour une 2ème liste

Marc GERONDEAU
Président du Tennis Club de Villers de 2014 à 2016

Blog : « Pensez Villers Plus Loin »
https://villers-mer-avenir.com

Mail : mgerondeau@wanadoo.fr
Tél. : 06 15 89 56 01

 

Madame, Monsieur,

Une 2ème liste à Villers/Mer pour les élections Municipales de 2020 …

En mars 2020, à l’occasion des élections municipales, vous aurez la responsabilité de peser sur l’avenir de votre commune. Cela peut vous paraître loin, pourtant c’est demain, et il n’est pas trop tôt pour commencer à bâtir une liste nouvelle alternative réunissant ceux qui ne sont pas d’accord avec la gestion municipale actuelle (cf. notre document : « Villers-sur-mer, Diagnostic et Visions d’ Avenir »).

  • Notre démarche vise d’abord à mettre fin à une anomalie électorale qui perdure à Villers depuis des décennies, qui est de n’avoir à chaque élection qu’une seule liste candidate, une liste « municipale » reconduisant en grande majorité la municipalité sortante. Cette situation prive les électeurs d’une élection avec un débat électoral et un vote à enjeux entre des listes présentant chacune une vision et un projet pour les 6 années suivantes.
  • Au-delà, nous souhaitons dire publiquement notre désaccord sur la gestion de l’actuelle municipalité conduite par Mr J.P. DURAND depuis qu’il a succédé en mars 2014 à Mr G. VAUCLIN, qui a pendant 20 ans tiré vers le haut la commune et sa station balnéaire.
  • Enfin, après avoir critiqué l’absence de démocratie et le manque de vision et de dimension de la politique municipale actuelle, nous avons pour ambition de proposer une autre méthode et une autre vision pour Villers.

… Cette liste aura 2 ans (2018/19) pour se mettre en place.

Il est parfaitement légal de mener avant la campagne officielle elle-même (qui débutera en 2020), une « pré-campagne » à condition de respecter toutes les précautions imposées par la loi électorale.

En effet, il est normal qu’une liste nouvelle ait le temps de se faire connaître, de faire connaître ses idées, sa vision pour la commune, de constituer une équipe de campagne pour dialoguer avec les habitants, d’élaborer un programme et finalement constituer une équipe qui se présentera à l’élection pour mener à bien ce programme. C’est cela la démocratie, et c’est le chemin qu’il nous faudra parcourir dont nous savons qu’il sera long et difficile, mais Villers en vaut bien la peine !

Aussi, j’invite chacun d’entre vous intéressé par ce projet à prendre contact avec moi par mail, ou par téléphone pour un RV. Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions, remarques ou suggestions, et surtout pour échanger avec vous. N’oubliez pas de visiter notre site/blog internet !

Pour l’avenir de Villers/Mer, de tout cœur avec vous,

Marc Gérondeau

Villers doit redevenir une commune démocratique en 2020

Aux élections municipales de mars 2014, il y avait 2263 électeurs inscrits à Villers/Mer. Il y eut une abstention de 42% des inscrits, et sur les votes exprimés 13,2% de bulletins blancs/nuls .
Contre, pour celle de 2008, 2231 électeurs inscrits, avec seulement 33,8% d’abstention, et 4% de bulletins blancs/nuls sur les votes exprimés.

En définitive, en 2008 le maire avait-t-il été élu avec 63,5% des voix des électeurs inscrits, quand en 2014 le maire (actuel) n’a été élu qu’avec seulement 50,4% des voix des électeurs inscrits !

  • Une remarque préalable sur la démocratie et les Municipales à Villers :

– Dans les 2 cas(2008/2014), comme c’est le cas depuis très longtemps à Villers, il n’y avait qu’une seule liste candidate, que nous appellerons « la liste Municipale » car on y retrouve en grande majorité les sortants de la liste du mandat municipal précédent (mandat de 6 ans).

– Cette absence d’autres listes candidates est déjà un très mauvais signe concernant la vie démocratique à Villers car elle montre un manque de mobilisation de la population villersoise (2800 habitants) pour s’impliquer activement dans la vie politique de sa Commune.

-De plus, comme il n’y a aucun enjeu sur le résultat, la liste candidate étant élue d’office, les électeurs ne s’intéressent guère à l’élection qui ne donne lieu à aucun vrai « débat » électoral sur de réels programmes.

  • Il n’y a plus de majorité consensuelle à Villers-sur-mer :

Cette remarque préalable étant faite, on observera que les villersois en 2008, même sans enjeu réel sur le résultat ont quand même élu leur maire avec 63,5% des voix des inscrits, ce qui est remarquable, et ce qui signifie une adhésion des électeurs pour ce maire.

Alors qu’en 2014, ils n’ont élu le maire qu’avec 50,4% de voix favorables des inscrits, soit 13 points de moins qu’en 2008, c’est-à-dire sans majorité claire.

Les villersois veulent-t-ils une fois de plus en 2020 élire leur prochain maire, avec toujours la même vieille liste unique municipale, à nouveau sans aucun débat électoral ni enjeu sur le résultat, et probablement un maire encore plus mal élu (soit, en cas de 13 points de moins à nouveau, 37,4% des inscrits)Un maire ainsi élu n’aurait aucun crédit auprès de sa population !

L’élection municipale de Villers ne peut plus se faire ainsi par défaut … de listes concurrentes comme cela a été le cas depuis des années lorsqu’il s’agissait d’un maire consensuel reconnu pour ses nombreuses réalisations, qui était assuré d’être élu.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et au vu des chiffres officiels cités plus haut, cela ne l’était déjà plus en 2014, quand la vieille « liste électorale » héritée du passé n’a pas obtenu de majorité claire (50,4%), alors qu’il n’y avait même pas de listes d’opposition !

La prochaine élection municipale devra se faire avec une adhésion beaucoup plus franche des électeurs villersois pour une liste, et sur un vrai programme, en concurrence avec des listes rivales présentant également un programme

En conclusion, les électeurs villersois doivent se réveiller et présenter des listes électorales nouvelles en 2020.

Le contraire constituerait de leur part un véritable abandon de leurs droits électoraux. Rappelons que la politique, au sens le plus large, peut se définir comme la façon dont une population ou société, ici la Commune de Villers/Mer, est gérée par ses dirigeants, et concerne à ce titre chacun de ses membres.

Les habitants de Villers ne peuvent se cantonner à l’associatif auquel on sait qu’ils donnent beaucoup ! Ils doivent aussi se préoccuper de qui les dirigent, comment, et vers quoi ! Une élection municipale ça sert à cela, c’est éminemment politique car tout après en dépend, associatif compris !