Un pôle médical pour remédier à un désert de soins médicaux ?

En matière médicale ne confondons pas tout !

Dans le compte-rendu de la cérémonie des vœux 2017 du Maire de Villers publié dans le « Pays d’Auge daté du 11/01/2017 », on peut lire que le Maire souhaite faire face à la désertification médicale d’ici trois ans (2020) avec la création d’un pôle de santé médical et paramédical, d’une maison de retraite, et d’une résidence avec services.

Ne confondons pas tout et reprenons les choses une par une  :

–  Villers a une sorte de « résidence-service » à minima, créée il y a 30 ans, la « Vé Maine », un foyer-logement public modeste et vétuste, formule intermédiaire entre un domicile et un EHPAD, un hébergement collectif non médicalisé pour personnes âgées autonomes demandant essentiellement un cadre sécurisant et quelques aides occasionnelles.

–  Villers n’a pas de maison de retraite, et il faudrait qu’elle en ait une.

Il est donc nécessaire que la Commune engage une réflexion d’ensemble pour ses habitants âgés : maison de retraite et nouvelle résidence-services.

De quel pôle médical et paramédical le Maire veut-t-il parler ?

Avant de discuter de ce projet médical, je ferai au Maire, en préambule, le reproche d’annoncer de très grands plans communaux (maison de retraite, résidence-services, pôle médical), sans même prendre soin de les expliciter à ses concitoyens, qui devraient pourtant être ses interlocuteurs privilégiés. Et sans parler de leurs incidences sur les autres plans communaux prévus !

Alors de quoi le Maire de Villers veut-t-il parler évoquant un « pôle médical et paramédical » censé remédier au soi-disant désert médical de Villers ?

1°) Villers qui 
a déjà sa maison de santé, est tout sauf un désert médical

Mr le Maire, médecin, se permet d’énoncer une contre-vérité en parlant de désert médical à propos de Villers/Mer.

Le gouvernement vient certes d’annoncer vouloir créer 1000 maisons de santé pour des communes en situation de désert médical, c.a.d. ayant un fort déficit de praticiens, du fait d’isolement, de raisons conjoncturelles …

Par « maison de santé »  il faut simplement entendre un lieu de regroupement de professionnels de santé assurant des activités de soin sans hébergement et participant à des actions de prévention et d’éducation pour la santé ainsi qu’à des actions sociales ».

Villers  a depuis longtemps, avec son « cabinet médical », une très grande maison de santé- comptant aujourd’hui 5 généralistes, un cabinet de 3 dentistes, une ophtalmologue, deux kinésithérapeutes, 4 infirmières… -, que le Maire actuel a d’ailleurs contribué à fonder et étoffer.

Pour une commune de 2 800 âmes, elle se situe même bien au-dessus de la moyenne nationale.

2°) Villers a-t-elle la dimension pour avoir un grand « Pôle Médical » ?

De quel « pôle médical » le Maire veut-t-il parler ? Personne ne le sait !

Mais, s’il s’agit de créer un grand centre médical  à Villers (façon Deauville) avec un maximum de spécialités médicales (ophtalmo, rhumato, dermato, gynéco, orl, pédiatre, urologue, oncologue, gastro-entérologue, psychiatre, psychologue, … laboratoire d’analyses, centre de radiologie …),  pour plaire à des villersois « locaux », je me permettrai de dire à Mr le Maire que  s’agissant d’une commune de 2 800 habitants, son projet est une aberration qui s’inscrit de plus à l’opposé de la réalité médicale actuelle en France confrontée à une pénurie de praticiens spécialistes, à une demande toujours plus élevée de soins, à une explosion des coûts qu’il faut réduire, nécessitant un regroupement dans quelques rares pôles médicaux choisis.

Villers peut-t-il  prétendre devenir un de ces pôles ? J’en doute fort, Villers se lançant en retard à côté de riches stations bien plus avancées sur ce plan.

D’autre part, même si Villers-sur-mer est une commune riche grâce aux  nombreux résidents secondaires qui y paient leurs impôts locaux, ceux-ci n’y viennent pas pour des soins, ayant tout ce qu’il leur faut ailleurs ! Ils y viennent pour des vacances, balnéaires, culturelles, sportives… touristiques.

Il n’appartient donc pas au maire actuel de privilégier outrageusement, à destination de résidents « locaux », des domaines d’investissement ne contribuant pas directement au développement de sa station balnéaire.

La richesse économique et la survie d’une station touristique moyenne comme Villers dépendent d’abord de ses investissements dans son secteur .

Bien davantage, à coup sûr, que de la création d’un pôle médical !